Prothésiste dentaire : une profession méconnue

 

 


30 Sep 2019

News 424 "La justice Ă  la main plus que lourde"

Newsletter 424 du 30 septembre 2019

Sommaire:

- Edito: " la justice Ă  la main plus que lourde"

- Rappel : les 13 propositions de l'APD

- Une ligne syndicale... pas si claire

- Exemple de dissociation médicale

- Dentiste voyeur et plus

- La galette de Chirac

 capture.png_claude.png

 Edito 424
La Justice Ă  la main plus que lourde !
Un denturologue récidiviste interdit à vie d’exercer cette profession en France mais également celle de prothésiste dentaire.
Un jugement surprenant dans la mesure où ce dernier ne faisait l’objet d’aucune plainte de patient, ce qui prouverait ses compétences en qualité de denturologue, mais une méconnaissance et donc un amalgame entre deux professions distinctes de la part des juges.
Je suis impatient de lire le jugement de ces deux chirurgiens-dentistes parisiens qui exerçaient les métiers de proxénètes* faisant travailler quelques filles dans les étages supérieurs et en les hébergeant, histoire d’optimiser leur immeuble professionnel, afin de savoir s’ils seront également interdits d’exercer leur profession de chirurgiens-d entistes par la justice ?
Aussi en assignant ce denturologue devant les tribunaux, le Conseil national de l’ordre des chirurgiens-dentistes ne poursuit qu’un objectif : prolonger le plus longtemps possible l’interdiction en France de toutes professions intermédiaires indépendantes, hygiénistes  et  denturologue, qui empiéteraient leurs parts de marché.
Pourtant, en raison du manque de chirurgiens-dentistes et des déserts médicaux générationnels, ces professions, à terme seront légalisées en France comme elles l’ont été dans d’autres pays pour répondre au besoin des patients à l’instar de l’optique avec certaines délégations de tâches attribuées aux opticiens à la demande des ophtalmologistes ou encore les ostéopathes, poursuivis systématiquement par le Conseil national des médecins et condamnés depuis 1962 jusqu’à leur reconnaissance officielle en 2002 par le vote d’une loi dont le décret d’application sera publié seulement en 2007.
Dans sa logique, le conseil de l’ordre national des chirurgiens-dentistes devrait poursuivre tous les prothésistes dentaires de France pour exercice illégal de l’art dentaire. En effet tous les prothésistes dentaires sont amenés un jour ou l’autre à le faire à la demande de leurs clients chirurgiens-dentistes, prises de teinte, essayages esthétiques à modifier aux laboratoires, poses d’appareil, réparations à réaliser et à remettre à leurs patients en raison de la fermeture du cabinet en fin de journée, de semaine ou pendant leurs congés, quand il ne nous est pas demandé de prendre les empreintes faute de temps.
 Alors pourquoi ne le fait-il pas me demanderont certains ?  De toute évidence par crainte d’une opposition de la grande majorité des chirurgiens-dentistes de France qui délèguent dans l’intérêt des patients, certaines taches aux prothésistes dentaires qui les réalisent le plus souvent à titre gracieux.
Dans le domaine de la prothèse complète, il est cocasse de noter que nous serions l’un des plus gros consommateurs de colle dentaire en Europe. Chacun aura son idée et sa réponse sur le sujet. Néanmoins, « le pourquoi » mérite d’être posé.
Pour tous ceux d’entre nous qui souhaiteraient une légalisation de ces taches qui nous sont déléguées au quotidien, sachez qu’en matière de droit, celui-ci suit toujours l’évolution de la société mais ne le précède pas. Quant aux combats d’arrière-garde, s’ils peuvent durer longtemps, ils sont toujours perdus à terme. Restons confiants en notre avenir qui sera inéluctablement technologique pour les prothésistes dentaires, chirurgical et biologique pour les chirurgiens-dentistes
Claude MESSAGE Trésorier de l’APD cmessage@apd-asso.fr.
* voir l'article

More...


Association Perspectives Dentaires, ( association loi 1901). 19 av, sainte marie 94160 Saint Mandé. contact@apd-asso.fr twitter.com/apdasso


sitemap xml