Ce site est en cours de réalisation.

 


23 Jul 2018

News 371 "Naïveté ou servitude"

Edito 371 : Naïveté ou servitude

   Sommaire

  - Edito : "naïveté ou servitude"

 - Arnaque au "prix de vente du DMSM"

 -  la France qui gagne

 image

Edito 371

"L’histoire est un éternel recommencement, qu’autorise la naïveté ou la servitude".

Rappelez-vous, il y a 4 ans, nous pouvions lire dans le FIGARO* :

« L'Union nationale patronale des prothésistes dentaires (UNPPD) a apporté son soutien mercredi à la proposition du ministre de l'Economie Emmanuel Macron de demander aux praticiens d'inscrire le prix d'achat des prothèses sur les devis des patients ».*

Une proposition du ministre et un soutien de l’UNPPD qui firent réagir les syndicats dentaires, tel Franck Amoyel **, Chirurgien-dentiste qui écrivait:

« C’est en fait un faux débat que lance Emmanuel Macron, qui cache la volonté de relancer les prothèses made in France sous la pression du lobby des prothésistes dentaires français. Car actuellement, environ 20 % des cabinets dentaires s’approvisionnent en prothèses à l’étranger, car elles sont moins chères. Ce qui crée un manque à gagner pour les prothésistes français. C’est une pression exercée par les syndicats de prothésistes vu que leur marché est attaqué. (Ndlr: et alors, c'est leurs rôle, non?)
 Finalement, ce sera juste pour savoir si le patient a une prothèse française ou étrangère. Et ce débat n’a pas lieu d’être. Le dentiste le dit à son patient si la prothèse est moins chère, car produite à l’étranger. (Ndlr: à qui faire croire cela à part quelques politicards)

Et, est-ce que le patient demandera absolument une prothèse française comme Macron le souhaiterait ? Eh bien non, il choisira une prothèse étrangère, car elle sera moins chère."

De son côté, l’UJCD en 2010 se fendait d’un communiqué de presse d’une rare mauvaise foi ou d'un réalisme confondant:
"La loi s’impose, mais elle ne peut s’appliquer dans nos cabinets : pour les dispositifs médicaux sur mesure, le prix d'achat ne peut pas être communiqué « avant l'exécution d'un acte », car au stade du devis… nous ne l'avons pas acheté ! Nous ne connaissons pas le montant exact de la facture correspondant à l’ensemble des prestations du laboratoire de prothèse, puisque ces derniers ne sont pas soumis à une obligation de devis pour la fabrication des dispositifs médicaux sur mesure. Il n'est pas non plus envisageable de donner un prix moyen, car, s'agissant d'une information préalable, toute modification lors de la réalisation pourrait être à l’origine d'une contestation du patient ou des inspecteurs chargés du contrôle. D'autre part, en cas d'utilisation de métaux précieux, le poids de l'alliage nécessaire n'est pas connu avant la réalisation. Les cabinets dentaires qui intègrent un laboratoire de prothèse en leur sein et emploient des techniciens salariés ne peuvent faire état d'un prix d'achat des dispositifs médicaux sur mesure… Que doit indiquer le praticien qui a recours à la CFAO ?

Et l’ONCD de surenchérir:
Les syndicats dentaires (CNSD, UJCD, FSDL), reçus en mars dernier (2010) à la DGCCRF à Bercy, se sont ouverts de l’impossibilité pour les chirurgiens-dentistes d’appliquer concrètement cette obligation d’information. Bien que, sur le principe, l’ordonnance a un effet immédiat, des discussions sur l’applicabilité de l’ordonnance sont en cours."

Se déclarant ouvertement au-dessus des lois, les Chirurgiens-dentistes n’étaient pas à un argument ou propos ridicules pour faire modifier la loi HPST, obtenant le remplacement du « prix d’achat », par le « prix de vente » affirmant délivrer ainsi au patient une information plus précise.

La réalité est tout autre et nous le savons tous, le seul but de cette opacité recherchée est de masquer les abus tarifaires de certains ou la cupidité d’autres, en fait des bénéfices commerciaux et rien d’autre.

Un retour en arrière qui révélera des différences de point de vue à la tête de l’UNPPD entre son Président et l’organisateur du Dental Forum, ce dernier affirmant que « l’UNPPD serait revenu dans le rang en cessant de revendiquer la transparence tarifaire » ou encore lors de la réunion politique du Dental Forum 2018, balayant d’un revers de main toutes propositions novatrices pour notre profession  au prétexte que tout était gravé dans le marbre et que donc rien ne pouvait changer. Des propos choquants pour tous les prothésistes dentaires qui œuvrent pour faire évoluer notre profession,  de la part d’un représentant national censé défendre les parts de marché et les intérêts des prothésistes dentaires français.

Des divergences inquiétantes alors que commencent les premières réunions du groupe “Exigence esthétique et thérapeutique”, où l’UNPPD devrait nous représenter face à la CNSD et de l’UD.

Dans un prochain article, nous vous donnerons "l’équation" pour déterminer le prix d’achat de la prothèse par rapport au prix de vente marqué sur le devis du dentiste.

 Quelques sondages nous ont permis de constater des calculs de charges de structures complètement aberrants, modifiant totalement l’information du patient.Il faut le savoir et l'important serait de le faire savoir.(voir schéma ci-dessous).

 Certains diront ce n’est pas notre problème. Le leur, peut-être, mais pas celui d’un syndicat chargé de défendre notre profession, qui revendique officiellement la dissociation des actes prothétiques.

Ce qui est bon pour notre profession doit être défendu sans aucune ambigüité. Pourquoi devrions-nous faire fi des patients pour qui nous fabriquons, et de tous les rapports et enquêtes, réclamant plus de transparence et d’informations dans le système dentaire français.

Pierre-Yves Besse président de l’APD pybesse@apd-asso.fr

*http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/11/12/97002-20141112FILWWW00280-protheses-un-syndicat-soutient-macron.php
**  http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1278053-afficher-le-prix-a-l-achat-des-protheses-je-suis-dentiste-c-est-une-aberration.html
A lire aussi pour comprendre bien des choses :
http://www.liberation.fr/societe/2012/05/13/la-charite-par-la-ratiche_818429

More...


Association Perspectives Dentaires, ( association loi 1901). 19 av, sainte marie 94160 Saint Mandé. contact@apd-asso.fr


sitemap xml