Ce site est en cours de réalisation.

 


03 Sep 2018

News 373 "Qu'ont-ils Ă  cacher ?"

Edito 373 : "Qu'ont-ils à cacher ?"

- Sommaire :

- La nouvelle convention dentaire promulguée

- La désocialisation des heures supplémentaires

- Un mauvais low-cost

- la dent cafteuse


image Edito 373

 

Qu’ont-ils à cacher ?

Depuis 30ans, les syndicats dentaires font de l’obstruction en matière de matériovigilance et de de transparence à destination des patients, pourquoi ?
Pour mémoire, Le 1er janvier 1988 l’UNPPD créait l’EMC, (l’Euro Mémo Carte)
Cette carte délivrait la nature exacte de la prothèse dentaire et de ses composants. L’EMC était communiquée par le prothésiste dentaire au chirurgien-dentiste qui la remettait au patient. C’était en plus la garantie d’origine d’une prothèse dentaire Made in France.
En avril 1988, L’UFC Que Choisir recommandait la carte EMC  en incitant les dentistes, les prothésistes dentaires et les patients à l’utiliser.
En octobre 1988 Michel Degrange, professeur, chercheur et futur doyen de la faculté de chirurgie dentaire de Montrouge déclarait souscrire entièrement favorablement à l’EMC et il  en donnait les raisons.
En novembre 1988« le quotidien du médecin » reconnaissait sa nécessaire utilité pour éviter les incompatibilités d’alliages dentaires
En janvier 1995, Madame Simone Veil Ministre des affaires sociales déclare que l’EMC est « une heureuse initiative qui pourrait être exploitée dans le réseau de la matériovigilance, car elle répond à un besoin actuel, à condition qu’il y ait un consensus entre les partenaires ».
En février 1995 Jean Michel Krischer, Président de l’UJCD  négociait avec l’UNPPD afin de rendre obligatoire la délivrance de la carte EMC.
Cela lui coutera son poste quelques mois plus tard.
En avril 1996 la Fédération Européenne des Prothésistes Dentaires (FEPPD) par un vote unanime a demandé que l’EMC soit fournie aux praticiens de tous les pays de l’UE.
Lors du dernier Dental Forum 2018,  nous avons pu constater que certains reprenaient localement le principe de l’EMC, sous d’autres noms.

Nous aurons dû attendre 30 ans pour que soit enfin inscrit dans la loi française, l’obligation de délivrer au patient la traçabilité de sa prothèse dentaire.
Cela démontre que le syndicalisme est une affaire de persévérance et d’action sur le long terme, dont les fruits ne sont pas toujours récoltés par ceux qui les ont semés, contrairement aux affirmations de certains néo-syndicalistes du net.
Espérons que les services de l’état seront plus attentifs au respect de cette loi et moins laxistes comme ils ont pu l’être avec les devis non conformes que délivrent une large majorité des chirurgiens- dentistes,  comme l’a démontré une récente enquête de la DGCCRF.

Cette nouvelle obligation faite aux chirurgiens-dentistes démontre qu’une fois de plus les Prothésistes Dentaires étaient novateurs dans l’intérêt général des patients, contrairement aux chirurgiens-dentistes qui s’y opposent depuis 30 ans.
 Un triste constat qui ne fait pas honneur à certains professionnels de santé.

JJ Miller SG de l’APD jjmiller@apd-asso.fr


More...


Association Perspectives Dentaires, ( association loi 1901). 19 av, sainte marie 94160 Saint Mandé. contact@apd-asso.fr


sitemap xml