Prothésiste dentaire : une profession méconnue

 

 


26 Oct 2020

News 485" Quand les prothésistes dentaires manifestaient"

Newsletter 485 du 26 octobre 2020

Sommaire:

-On apprend toujours du passé

-Quand les Prothésistes Dentaires manifestaient

-Fin de la TVA pour les Prothésistes Dentaires

-Les menaces de l'UJCD

On apprend toujours du passé

Vous allez retrouver dans cette newsletter des articles et des moments du temps passé : « on apprend toujours du passé ».

Il ne s’agit pas de nostalgie pour ceux qui ont vécu ces années parfois plus florissantes, mais comme vous pourrez le constater rien n’était simple pour un prothésiste dentaire qui voulait bien gérer son entreprise, investir, embaucher….et s’intéresser à sa profession.

Pour avoir préconisé des tarifs permettant aux artisans et aux salariés de vivre honnêtement de leur métier,l'UNPPD et les Prothésistes Dentaires s’étaient vus attaqués indignement  par les syndicats dentaires.

Puisse ce retour en arrière faire prendre conscience à nos confrères de la nécessité d’unité, de dignité, de défense et de valorisation de leur profession.

Bernard Soumier Vice-président de l’APD bsoumier@apd-asso.fr


manif_bordeaux.png

Edito 485

Quand les prothésistes dentaires manifestaient

Le 25 novembre 1978 près de 1 500 prothésistes dentaires manifestaient dans les rues de Bordeaux à l’initiative de l’UNPPD présidée par Pierre Millecamps.

Un laboratoire de groupe, prévu pour 30 chevilles, géré et financé par le Dr Leclair, responsable CNSD Aquitaine,   et ses associés, se mettait en place. Les explications du Dr Leclair était de « freiner la montée exagérée et injustifiée des prix » et que « le praticien diplômé était le seul compétent en matière de qualité, étant le seul soumis aux contrôles des organismes sociaux » « seul responsable des honoraires pratiqués et de la qualité de la prothèse » (Spécial Labo syndicat CNSD de la gironde 1978).

Le président Millecamps répliquait en appelant à manifester à Bordeaux, avant que d’autres départements ne prennent le relais : « Le laboratoire de groupe, n’entre-t-il pas dans un cadre commercial ? »

Il ne faut pas se leurrer. Cette initiative de la C.N.S.D. n’est pas faite dans le sens de « contrôle de qualité », tel qu’ils le disent, ou alors il faudrait admettre que ces messieurs n’avaient aucun souci de la qualité des prothèses qu’ils ont posées depuis quarante ans....Non, cette action concertée a en réalité deux buts bien définis

 — Un but politique : celui d’empêcher l’indépendance de notre profession et surtout son évolution.

— Un but économique : si les praticiens ont des difficul­tés, est-ce notre fait ? Qui a signé la convention auprès de la Sécurité Sociale sans que nous nous soyons concertés sur le coût de revient de notre production.

Nous aussi, nous avons nos propres difficultés, mais nous ne les avons ni cherchées ni voulues. »

Cette manifestation qui a mobilisé 1/3 des prothésistes dentaires fut unique, et à ce jour jamais   réitérée. Le laboratoire n’a pas vécu car il était juridiquement et déontologiquement, sans aucun doute, dans l’illégalité.

9 années plus tard, en 1986 arrivait la première société d’importation «  Vanderpool » puis la même année «  Labocast ». On connait la suite....

 En redonnant de la mémoire à ceux qui l’ont perdue, et en apprenant à beaucoup d’autres prothésistes dentaires que les combats que l’on perd sont ceux que l’on ne mène pas, il ne  m’a pas semblé  inutile de rappeler quelques souvenirs à méditer pour tous.

Claude Message délégué « France Prothese Dentaire » de l’APD

More...


Association Perspectives Dentaires, ( association loi 1901). 19 av, sainte marie 94160 Saint Mandé. contact@apd-asso.fr https://twitter.com/apdasso


sitemap xml